Aquitaineinterviewrégion

ITW Serge Lougarot / Pôle Espoir Aquitain

festisurf2013img054Bonjour Serge, tu es le coordinateur des pôles France et Espoir, peux tu nous en dire un peu plus ? Quels sont tes missions ? Avec qui travailles-tu ?
Je suis conseiller technique national à la Fédé de surf. Dans le cadre de mes missions j’ai la coordination de l’équipe technique régionale et la coordination des pôles France et Espoir à Bayonne. Je m’assure que le pôle fonctionne bien dans sa globalité, c’est-à-dire tant d’un point de vue sportif que scolaire et administratif..

C’est-à-dire ?

S’assurer que les athlètes sont dans de bonnes conditions d’entrainements et de bonnes conditions de scolarité, cela passe par la gestion des plannings et de la logistique (salle de sport, véhicules,…).

En ce qui concerne la partie sportive, je suis en relation directe avec l’entraineur de surf (Txomin Sorraitz) et le préparateur physique (Mathieu Lhomme). Pour la partie médicale je traite avec le Kiné (Pierre Margaillard), avec des ostéopathes de l’école d’ostéopathie de Biarritz, avec un médecin (Dr Durantel) et également, pour le suivie longitudinal des athlètes, avec le médecin régional (Dr Boudousse) et une psychologue (Estelle Shedhomme du CAPS).
Pour la partie scolaire, j’assure en amont du pôle les aménagements horaires, je suis avec les profs l’évolution des athlètes et je vais dans tous les conseils de classe. Cela me permet de garder un œil sur les athlètes et savoir ce qu’il s’y passe, dans le but de remettre les pendules à l’heure si nécessaire, de les libérer des entrainements pour travailler les devoirs, de mettre en place des heures supplémentaires de soutien scolaire.
Egalement, je m’assure du relationnel pour tisser des liens avec les athlètes. Je pense que la relation entraineur / entrainé est primordiale pour l’athlète.

lgb0342012 / 2013, 9 athlètes présents au pôle, quel est ton bilan ?
D’un point de vue sportif, pas de résultats en compétition remarquables, à noter quand même que Alex Comet fait partie des présélectionnés pour les championnats du Monde Longboard en Junior. Par contre ils ont tous progressés. Il ne faut pas oublier qu’ils viennent pour la majorité de rentrer au pôle, ils sont en pleine mutation physique, leurs corps changent certains doivent réapproprier des gestes, perdent en technicité / gagnent en physique. L’année de seconde reste quand même une période assez transitoire et je veux que le pôle soit sur la durée de trois ans. Je me doutais que le pôle passerait par des phases sans résultats.
D’un point de vue scolaire tout le monde passe en classe supérieur, pas de redoublement.

pole [1600x1200]Comment s’articule l’année scolaire d’un athlète du pôle ?
Ils sont tous internes, ils suivent la même scolarité que les autres élèves, ils ont justes des aménagements horaires pour pouvoir surfer 3 fois par semaine (mardi, mercredi, jeudi) et s’entrainer 4 jours par semaine. Par conséquent ils ont un rythme de vie beaucoup plus soutenu que les élèves classiques, ils se lèvent tôt pour aller en cours, ils sortent à 15h et ils enchaînent avec une à deux séances d’entrainement pour terminer à 19h45, juste le temps d’aller manger, d’intégrer l’étude et la journée se termine pour repartir le lendemain.

Quel est le profil type d’un athlète du pôle ?

La première chose, administrativement, l’athlète du pôle est forcément un aquitain et doit rentrer au lycée (2nd, 1ère et terminal) mais ce qui est déterminant pour nous c’est la motivation et les aptitudes. Il faut faire preuve de cette motivation là, au travers de résultats sportifs et scolaires. Au niveau sportif il faut suivre le circuit départemental, régional, national, en somme faire preuve d’envie de performer en compétition. Au niveau scolaire on a quand même un filtre important, c’est une sélection scolaire que l’on fait avec le proviseur du lycée, si le proviseur estime que l’athlète n’a pas les résultats suffisants pour suivre la scolarité, il n’intégrera pas le pôle. D’une manière générale pour un élève de 3ème il faut au moins entre 13 et 14 de moyenne générale. A bon entendeur !

Certains des 9 athlètes ont passé leur bac cette année, d’autres ont des projets différents, qu’en est t-il de l’effectif du pôle à la rentrée prochaine ?
L’année scolaire 2012/2013 se termine, on repart sur l’année suivante donc 2013/2014, c’est le moment de faire le point : qui va quitter le pôle ? Qui peut intégrer au pôle ? On avait 9 athlètes au pole espoir donc on était en surnombre mais on est arrivé à le gérer, le neuvième savait qu’éventuellement il pouvait ne pas partir à l’entrainement. Aujourd’hui il n’y a qu’une seule athlète qui passe son bac donc qui va quitter le pôle, ça veut dire qu’on repasse sur un effectif à 8 qui est l’effectif maximum pour le pôle pour des raisons de logistique (place dans le véhicule). Donc il n’y a pas eu de recrutement. Depuis peu deux athlètes, pour des raisons personnelles, ont quitté le pôle. Résultat des courses, on a une à deux recrus à faire. Dans la mesure où on n’avait pas lancé de sélection parce qu’il n’y avait pas de places on s’est appuyé sur le travail de l’équipe technique régionale en matière de détection et de stage pour recruter deux athlètes et combler les places disponibles sur le pôle espoir.

Merci pour le temps que tu nous as accordé, on te souhaite de bonnes choses pour la rentrée scolaire prochaine.

Propos recueilli par Mathieu Vayron, Conseiller technique Régional au Comité d’Aquitaine de Surf 

Télécharger l’interview en .pdf